Dans le cadre de l’étude PERSPECTIVE, l’évaluation personnalisée de votre risque de développer un cancer du sein nous permettra de déterminer à laquelle de ces catégories de risque vous appartenez :

Un plan d’action de dépistage est proposé pour chaque catégorie de risque.

La majorité des Canadiennes se situent dans la première catégorie de risque, le risque près de celui de la population générale. Seulement une faible proportion de femmes se situe dans la catégorie de risque élevé.

Note importante

Le plan d’action proposé est basé sur les données scientifiques existantes et sur les recommandations produites par un groupe d’experts québécois dans le cadre d’un précédent projet. Votre résultat est une estimation de votre risque (une probabilité), et non un diagnostic de maladie. Ce plan d’action ne concerne que le dépistage du cancer du sein. Il ne remplace pas l’avis de votre professionnel de la santé.

Les outils utilisés pour estimer le risque ont été développés principalement avec des groupes de femmes d’origine européenne. Cela signifie que le résultat pourrait être moins précis pour les femmes d’une autre origine (par exemple, africaine ou autochtone).

Si une anomalie est détectée lors d’un examen de dépistage et que des examens complémentaires sont nécessaires, votre professionnel de la santé vous proposera un suivi adapté à votre condition.

Risque près de celui de la population générale

Le dépistage proposé pour les femmes dont le risque estimé est près de celui de la population générale est le dépistage prévu dans le cadre du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS). Le PQDCS invite les femmes âgées de 50 à 69 ans à passer une mammographie tous les deux ans.

Les femmes de 70 et plus peuvent poursuivre le dépistage sur ordonnance médicale de leur professionnel de la santé. Pour plus d’informations, consultez le site du PQDCS.

Risque intermédiaire

Les femmes dont le risque estimé de cancer du sein est intermédiaire pourraient bénéficier, à partir de 40 ans, d’un dépistage par mammographie chaque année ou à tous les deux ans.

 

Certaines femmes dont le risque estimé est intermédiaire et qui ont une forte densité mammaire pourraient bénéficier d’un dépistage annuel par mammographie. L’échographie en complément à la mammographie est à considérer dans cette situation. Une ordonnance médicale est requise pour ces examens.

Risque élevé

Les femmes dont le risque estimé de cancer du sein est élevé pourraient bénéficier d’un dépistage annuel par mammographie et par imagerie par résonance magnétique (IRM) à partir de 30-35 ans. À noter que l’IRM mammaire de dépistage n’est pas recommandée au-delà de 69 ans.